Au cœur de la crise inédite et douloureuse, garder l’espérance et la foi en l’humain. Maintenir un engagement à travailler fraternellement à un monde plus juste, solidaire et plus aimant jour après jour. Tel sera l’objet du prochain communiqué du CIL en lien avec la lettre romaine sur les ‘questions économiques et financières’[1].

                  Une assemblée générale en visioconférence due au confinement sanitaire en vigueur.  Une AG certes émaillée de quelques petits couacs techniques, mais la bonne volonté et la patience de chacun permirent aux seize participants de s’informer et d’échanger. 

                  C’est principalement l’évolution du thème « Questions économiques et financières » qui retint l’attention.  Après discussions et tenant compte du contexte actuel de pandémie, l’AG décida ce qui suit.       

                  Les associations présentes au CIL sont invitées à communiquer à Anne Ferier, membre du groupe de travail    – GT « Questions économiques et financières »–     leurs réflexions sur ce thème.  En faisant cette demande, l’AG se tourne tout particulièrement vers Entraide & Fraternité/Vivre Ensemble et Justice & Paix invités à partager leur riche expérience vécue dans ce domaine.

                  En vue du communiqué sur les questions économiques et financières que le CIL publiera cet automne dans la poursuite de sa réflexion, le GT ne s’en tiendra pas à une démarche d’analyse sociologique.  Ainsi, il évitera les pièges des discours catastrophistes, millénaristes, complotistes … qui font leurs choux gras de chaque crise. 

                  Cette pandémie ralentit brutalement l’économie, elle manifeste aussi la fragilité de nos organisations et systèmes collectifs tant publics que privés mais, avant tout, elle révèle la vulnérabilité de la santé individuelle et de la vie même. L’augmentation de la mortalité provoquée par la diffusion du coronavirus rappelle la présence de la mort aux Occidentaux qui, en général, préfèrent en tenir la pensée loin d’eux. Le GT y sera attentif en faisant la part belle à l’espérance chrétienne qui regarde la mort en face pour l’inclure dans la dynamique de résurrection inaugurée et partagée en Christ. Ceci aux niveaux personnel et collectif.  L’espérance chrétienne se trouvera au cœur même de la réflexion. Puissant ferment dans l’échec, dans la souffrance, dans le doute et jusque dans la mort, cette espérance stimule activement nos énergies pour réaliser et épanouir ce qu’il y a de meilleur, de juste et de plus beau dans l’humanité.  

                  Pierre Xhonneux


[1] Dicastère pour le service du développement intégral (Congrégation pour la doctrine de la foi), Oeconomicae et Pecuniariae quaestiones, Editions du Vatican 2018 & Editions Salvator, Paris 2018.

Categories: Echos