Accueil > Publications > e-Sillages > Octobre-Novembre-Décembre 2014

Un appel urgent pour le C.I.L.

Pour le Conseil Interdiocésain des Laïcs, voici que prend fin le deuxième mandat de président de Peter Annegarn, auquel il faut adresser de très sincères remerciements pour ce service accompli à côtés de ses autres engagements familiaux, sociaux et ecclésiaux dépassant les frontières de notre pays.
Cette étape ramène des questions au sujet de la raison d’être du C.I.L. dans le contexte actuel de l’Eglise catholique et de la société, avec la réduction de moyens humains et financiers que connaissent désormais ce conseil et ses membres. D’où les réflexions et appel qui suivent :

Etre Conseil interdiocésain de laïcs peut-il avoir du sens ? Rassembler et produire assez pour que ses membres, leurs milieux ou l’Eglise, hiérarchie et peuple de Dieu, en soient /restent/deviennent partie prenante ? Ce sont, en fait, des questions posées régulièrement au sein et en dehors du C.I.L..

Nous nous sommes donc réunis en C.I.L. avec plusieurs intervenants extérieurs qui nous ont boostés, nous ont renvoyé l’image de ce que nous sommes ou nous ont dit comment le C.I.L. est perçu. Aussi, l’Equipe d’animation et le Conseil d’administration du C.I.L. en ont retiré ce qui suit :

Nous voulons remettre le C.I.L. en mouvement pour pouvoir annoncer un changement : des laïcs chrétiens associés à des hommes de bonne volonté veulent faire forum/agora/échangeur ! Pour dialoguer à partir de leur diversité d’origines, de générations ou d’engagements afin de relever les défis de l’Evangile. Cela est indispensable face aux défis de notre monde en changement confronté à la mondialisation et à la marchandisation (au lieu de la gratuité et de l’efficacité pratique), aux dérives individualistes (au lieu de la recherche en commun des possibilités de vivre ensemble et de se soutenir), de matérialisme (au lieu d’une spiritualité incarnée et d’une humanisation).

Il nous faut rassembler l’énergie et la compétence des chrétiens prêts à dialoguer et être un centre de ressources humble, mais dynamique. Car nous croyons que la Bonne Nouvelle reste actuelle, mais qu’Elle peut et doit résonner autrement. Nous croyons que l’Eglise peut et doit rester dans le coup et en prise avec le monde pour aider ceux et celles qui en font partie et ceux et celles qui cherchent à s’y retrouver ainsi qu’à bousculer les institutions civiles pour rendre ce monde plus humain, plus juste, plus vivable.

Nous croyons que ceux et celles qui acceptent de s’investir pour cela doivent pouvoir avoir un retour immédiat, utile pour eux et leurs proches, de même que de quoi stimuler les instances qui les ont envoyés ou délégués au C.I.L..

Nous croyons que ce lieu est à la fois politique (il fait avancer les choses, il est collectif), stratégique (on y réfléchit comment y parvenir), intergénérationnel et spirituel (inspirateur, enraciné en Jésus-Christ, communautaire ou ecclésial).

Pour y parvenir, nous avons proposé la désignation par le Conseil d’administration du C.I.L. d’une nouvelle Equipe d’animation transitoire (pour un an) étoffée de non-membres en vue d’accompagner l’évolution recherchée de propositions concrètes à faire au Conseil d’administration et à l’Equipe d’animation pour faire aboutir ce chantier de renouvellement et de rajeunissement avec toute la diversité que celui-ci requiert.

Cette Equipe d’animation transitoire sera présidée par Stéphane Houbion, de Jeunes Et Citoyens. Elle comprendra Isabelle Losseau (Agir en chrétiens informés-ACi), Danielle Debie (Couples et Familles), Myriam Tonus (Entraide & Fraternité-Vivre Ensemble), Marie-Julienne Quiévy (Fraternités séculières Charles de Foucauld), Louise Parmentier (Fraternités laïques franciscaines), Michel Kesteman (conseiller théologique) et Jean-Pierre Berger (Religieux et Religieuses-Coreb).

Cependant, il faut aussi que tous ceux et celles qui sont au C.I.L., n’y sont plus ou pourraient un jour le rejoindre se mobilisent pour participer à la dynamique et au changement souhaités.

La question à traiter durant l’année 2015 est : « Qu’est-ce que le C.I.L., Conseil interdiocésain des laïcs, doit devenir ? » .

Selon les récents échanges vécus au sein du C.I.L., il y a urgence parce que, sans changement, le C.I.L. risque d’être de plus en plus déserté et inutile, mais aussi parce que :

  • au niveau de Bruxelles et de la Wallonie, les laïcs catholiques n’ont pas d’autre lieu de concertation ouvert à toutes leurs associations, de forum permanent où s’intéresser à ce que font les autres et à travailler dans la diversité des terroirs et des chemins ;
  • le fonctionnement actuel ne convient plus à une majorité de membres ;
  • le temps des gens engagés est compté ;
  • certaines associations et autres mandants désignent des délégués sans toujours suivre le produit de la délégation, ni saisir l’opportunité de se laisser questionner par les réflexions partagées au sein du C.I.L. ;
  • un grand nombre d’associations ou de groupements partagent les valeurs et actions du C.I.L. mais estiment, au moment du choix de leurs priorités, que le fonctionnement du C.I.L. ne leur offre pas de valeur ajoutée/d’efficacité suffisante pour y investir durablement ;
  • le monde change et que nous pouvons changer avec lui, tout en gardant une base historique et proche de nos racines, solide et valorisante ;
  • les enjeux d’aujourd’hui réclament la présence des chrétiens dans la construction du monde à laquelle le C.I.L. entend vouloir contribuer grâce aux apports de ses membres.

Et finalement, parce que quelques mots récents du pape François guident nos pas : « N’en parlez pas, faites-le ».

    Partager cet article sur :
  • Facebook
  • Twitter

e-Sillages - La lettre du CIL

Vous désirez être tenu(e) au courant de nos activités?



C.I.L.

1, rue Guimard
B 1040 Bruxelles
Tél : 02.509.96.24
Courriel : cil@cil.be

BE43 7995 5016 4501

RSS