Accueil > Publications > e-Sillages > Octobre-Novembre-Décembre 2013

Rencontre Évêques – C.I.L.

Ce samedi 14 décembre 2013, les membres du C.I.L. se sont réunis à Louvain-la-Neuve afin de rencontrer les évêques (ou leurs représentants) des différents diocèses belges francophones. Cette initiative visait à accentuer la présence du C.I.L. au niveau interdiocésain, ainsi qu’à améliorer la coopération entre les diocèses et les laïcs engagés dans les diverses organisations représentées.

Malgré un radieux soleil d’hiver propice aux promenades à l’extérieur, la salle du Collège Leclercq de l’U.C.L. était quasiment pleine ce matin-là, signe indéniable de l’intérêt que suscitait cet évènement inédit auprès des membres adhérents du C.I.L.. De fait, c’est dans une atmosphère chaleureuse et conviviale que, pendant plusieurs heures, les autorités épiscopales de Belgique francophone ont dialogué avec les représentants des catholiques "de la base."

On comptait là le nouvel évêque de Liège Mgr Delville, l’évêque auxiliaire pour Bruxelles Mgr Kockerols, le chanoine Eric Mattheeuws, adjoint à l’évêque auxiliaire du Brabant wallon, ainsi que Patrick De Bucquois qui, sans représenter officiellement l’évêque de Tournai Mgr Harpigny, était cependant présent en tant que membre de l’équipe de pilotage du synode qui s’est récemment tenu dans ce diocèse. L’évêque de Namur Mgr Vancottem n’avait pas pas pu envoyer de représentant à cette rencontre, ce qui fut regretté.

Cette rencontre était la première par laquelle le C.I.L. invitait les différents évêques de Belgique francophone à venir faire part de leur action dans leurs diocèses. "Il y a à peu près 12 ans que l’équipe d’animation rencontre les évêques, déclare Jo Marichal, qui était membre de celle-ci. Cela se fait au rythme d’une fois par an environ. Lorsque le C.I.L. a fêté ses 50 ans en 2006, le cardinal Danneels nous a encouragés à continuer notre action. Cela a été le point de départ d’une nouvelle relation avec l’épiscopat, et c’est dans cette optique que nous avons imaginé la rencontre d’aujourd’hui."

Cinq grandes questions

Afin de baliser cette rencontre, chaque évêque ou représentant épiscopal était invité à répondre à cinq questions : Quel est mon rêve, en tant qu’évêque, pour mon diocèse ? Quels sont nos moyens pour passer du "désirable" au "réalisable" ? Quelle serait la place spécifique des laïcs dans la mise en œuvre de ces moyens ? Quelle peut être l’articulation entre la pastorale épiscopale et la pastorale des différents mouvements d’Eglise (généralement interdiocésains) ? Et enfin, qu’attendez-vous du C.I.L. - quels services pouvons-nous rendre - afin d’assurer cette articulation ?

Tour à tour, Mgr Delville, Eric Mattheeuws, Mgr Kockerols et Patrick De Bucquois s’attachèrent à répondre à ces cinq grandes interrogations. Récemment nommé évêque de Liège, le premier cité n’a pas caché qu’il en était encore au stade de la découverte et que, par conséquent, il se situait encore davantage dans le rêve que dans la réalité. Un rêve qui s’inspirait d’ailleurs des quatre grandes constitutions de Vatican II, parmi lesquelles Gaudium et spes et Lumen gentium. Il devait insister notamment sur la nécessité d’une dimension communautaire de la réalité ecclésiale, l’importance du rôle des femmes en son sein, ainsi que l’annonce de la parole de Dieu.

"Mon Dieu, Bruxelles !"

Eric Mattheeuws, quant à lui, évoqua les trois grands chantiers qui sont actuellement en œuvre dans le du vicariat du Brabant wallon. Premièrement, le "chantier-paroisses" visant à décloisonner géographiquement celles-ci, à redécouvrir leur dimension missionnaire, ainsi qu’à établir des synergies entre elles. Deuxièmement, le "chantier-jeunes" dans une province qui, si on la comparait avec un morceau de gruyère, comporterait peu de fromage et beaucoup de trous ! Et troisièmement, le "chantier-catéchèse" qui consiste à faire évoluer le schéma ancien de la catéchèse vers un renouveau de celle-ci.

Après la "pause-sandwiches", ce fut au tour de Mgr Kockerols de prendre la parole, et ce non sans humour. Il raconta en effet que, lors de sa rencontre avec le pape Benoît XVI qui suivit sa nomination comme évêque, il avait à peine ouvert la bouche pour dire que son diocèse était celui de Bruxelles que le successeur de saint Pierre s’exclama : "Mon Dieu, Bruxelles ! Là où il y a tant de problèmes !". Et Mgr Kockerols d’énumérer les six grands défis qui sont ceux de son vicariat, et qui sont propres aux spécificités de la capitale de l’Europe. Enfin, il revint à Patrick De Bucquois de clore cette belle rencontre en offrant aux membres du C.I.L. présents un éclairage lumineux et réaliste sur le synode qui a récemment eu lieu dans le diocèse de Tournai.

Louis MATHOUX

Le C.I.L. s’est récemment fait le "passeur" du questionnaire concernant le Synode des familles en proposant aux organisations plus impliquées dans les questions de familles ou de couples d’y répondre. Les membres du C.I.L. sont invités à se partager leurs réponses. Celles-ci seront ensuite publiées sur le site internet de notre organisme. D’autre part, le C.I.L. a apprécié la prise de position commune des chefs religieux de Belgique à propos de l’extension concernant les enfants de la loi sur l’euthanasie.
    Partager cet article sur :
  • Facebook
  • Twitter

e-Sillages - La lettre du CIL

Vous désirez être tenu(e) au courant de nos activités?



C.I.L.

1, rue Guimard
B 1040 Bruxelles
Tél : 02.509.96.24
Courriel : cil@cil.be

BE43 7995 5016 4501

RSS