Accueil > Publications > e-Sillages > Avril-mai-juin 2013

De récentes activités

Durant la deuxième moitié de 2012 et les premiers mois de 2013, le Conseil Interdiocésain des Laïcs s’est intéressé à des problématiques d’Église et de Société à travers ses propres activités et diverses collaborations à des initiatives plus larges. Petits rappels non exhaustifs…

Pour marquer le 50e anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, une délégation du C.I.L a participé, l’été dernier à Vienne, à l’assemblée d’études 2012 du Forum Européen des Laïcs (F.E.L.) qui était consacrée à ce sujet.

Pour rappel, le F.E.L, dont l’actuel président est Peter Annegarn, président du C.I.L, est un instrument de coopération entre les comités nationaux de laïcs reconnus par leurs conférences épiscopales. Il vise à promouvoir la vocation chrétienne dans le monde, spécialement lors d’assemblées organisées tous les deux ans et avec, pour l’édition 2012, dix-sept délégations dont celles des C.I.L. et I.P.B. pour la Belgique.

Lors de la rencontre 2012, Mgr Krätzl, qui a participé à Vatican II aux côtés du cardinal König, archevêque de Vienne, a réclamé une véritable place pour les laïcs dans l’Église, tout en estimant qu’un long chemin est encore à faire pour que chacun et chacune reconnaisse sa vocation propre dans un sacerdoce commun. Pour Jean-Pierre Degives, un des délégués du C.I.L, cette intervention a parfaitement illustré la formule mise en exergue de cette rencontre : « les laïcs travaillent comme hommes et femmes de l’Eglise dans le monde et comme hommes et femmes du monde de l’Eglise dans le monde. ». Selon ce même participant, Arnaud Join-Lambert, professeur à l’U.C.L, a montré qu’il y a lieu de procéder à une « mise à jour » du catholicisme pour que l’Eglise retrouve, dans un monde sécularisé, sa vocation universelle et refuse une attitude communautariste ou élitiste, sous peine de devenir une faction minoritaire parmi d’autres.

D’autre part, lors de l’assemblée d’automne du C.I.L, le père Benoît Malvaux, professeur à l’Institut Lumen Vitae, a rappelé que Vatican II n’a représenté qu’une ouverture mitigée à une prise de responsabilité par les laïcs dans la vie de l’Eglise, bien que ce concile ait redécouvert la dignité de tout baptisé et sa vocation à la sainteté, tandis que la nouvelle version du droit canon témoigne d’une ouverture qui reste également mitigée.

De même, les membres du C.I.L ont souligné la fragilité de cette ouverture et du partage des responsabilités pastorales entre clercs et laïcs. Ils en ont donc appelé à ce que les expériences fortes vécues dans la foulée de Vatican II ne soient pas rangées au placard des antiquités que l’on visite avec curiosité.

A la suite de l’annonce du retrait de Benoît XVI, le C.I.L a publié une déclaration en tête de laquelle il déclarait que « quand l’un d’entre nous s’en va, tous les baptisés sont concernés », avant de remercier celui qui a été le pape qui a lié foi et charité, mais qui a aussi assumé ses limites d’homme et de croyant, tout en rappelant qu’un pape ne fait pas toujours l’unanimité, même s’il cherche à refaire l’unité. Etaient aussi signalés les défis à relever par l’Église et le nouveau pape pour annoncer au monde le message de Jésus-Christ, dont celui de la coresponsabilité de tous dans l’Église et celui de la fraternité humaine. A noter aussi qu’à l’occasion de l’élection du pape François, plusieurs médias se sont se rappelé que les clercs, médiatiques ou autres, ne sont pas les seuls à pouvoir parler de la vie de l’Eglise et ont tenu à interviewer Peter Annegarn en tant que président du C.I.L.

Dans le même sens, le 2 mars et à l’invitation des C.I.L et I.P.B, des jeunes ont parlé de leur foi et des diverses manières dont ils la vivent pour l’avenir de l’Église et du monde. Cette journée bilingue fut aussi marquée par une « foire d’info ».

En ce qui concerne les problèmes de société, le C.I.L avait relevé en décembre et de manière très détaillée que l’accès au logement est une catastrophe à Bruxelles et en Wallonie, mais aussi « een ramp » en Flandre. Il avait estimé essentiel que les « Plans Logement » des différents gouvernements de notre pays soient exécutés d’urgence en accordant une priorité aux logements sociaux et en parlant du besoin d’un « Plan Dexia » dans ce domaine. Depuis, le C.I.L a annoncé que certains de ses membres ont décidé d’aller interpeller personnellement des ministres, députés, responsables de CPAS et autres décideurs à propos de la précarité des logements dans notre pays.

    Partager cet article sur :
  • Facebook
  • Twitter

e-Sillages - La lettre du CIL

Vous désirez être tenu(e) au courant de nos activités?



C.I.L.

1, rue Guimard
B 1040 Bruxelles
Tél : 02.509.96.24
Courriel : cil@cil.be

BE43 7995 5016 4501

RSS