Sillages
La lettre du Conseil Interdiocésain des Laïcs

Périodique trimestriel

Avril - mai - juin 2013

Au sommaire :
A la une > En cette année 2013…
La parole à... > ÉNÉO, un mouvement social d’aînés
Gros plan sur... > De récentes activités
Pauvretés et Solidarités > Asbl Les Amis d’Accompagner
A noter > Olivier Le Gendre témoigne - Le pari de la fraternité

A la une

En cette année 2013…

Le Conseil Interdiocésain des Laïcs n’a pas pu mener aussi facilement qu’espéré la transformation de son périodique trimestriel « Sillages » en un « eSillages ». Ses responsables s’en excusent très sincèrement, mais ils rappellent que ce qui s’est malheureusement produit découle de la suppression des subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la réduction de 50 % - tout comme pour son homologue qu’est l’Interdiocesaan Pastoraal Beraad - du soutien de la Conférence épiscopale de Belgique, qui ont amené à devoir renoncer aux services d’une secrétaire permanente. À cela s’ajoute que les laïcs qui animent l’organe de concertation qu’est le C.I.L assument aussi bien des engagements dans leurs milieux respectifs !

Toutefois, le C.I.L entend bien assurer l’édition régulière d’un « eSillages » et la reconstruction de son site internet. En effet, ceux-ci sont pour lui d’indispensables outils d’information, alors que notre société et l’Eglise catholique vivent d’importants changements et qu’en matière de communication aussi, « on n’est jamais si bien servi que par soi-même » !

D’une manière plus large encore, mais avec les moyens dont il dispose, le C.I.L est décidé à être acteur dans la nouvelle ère ouverte à la suite de l’historique retrait du pape Benoît XVI et de l’élection du pape François, alors que celui-ci a déclaré, à la sortie du conclave : « Commençons un chemin entre nous. Un chemin de fraternité, d’amour et de confiance. ».

D’ailleurs, ainsi que cela est rappelé plus loin, le C.I.L a pris diverses initiatives en ce sens durant les derniers mois, tant à travers ses propres activités qu’en contribuant à des démarches plus larges comme le premier Forum chrétien et citoyen RivEspérance, qui comptait plusieurs dizaines de membres du CIL parmi ses partenaires.

Ce faisant, le C.I.L entend continuer à répondre à l’invitation que le pape Jean XXIII avait formulée, en avril 1963, voici 50 ans donc, dans la partie pastorale de sa fameuse encyclique « Pacem in terris ». Il y appelait, en effet, à la participation des chrétiens à la vie publique et aux fondements de la vie en société en insistant sur les conditions de la paix : un certain ordre dans l’univers et la société, dont les quatre principes fondamentaux sont vérité, justice, charité et liberté.


A noter notre nouveau numéro de téléphone : 02.509.96.24, qui est celui d’une membre bénévole.

En 2013, deux autres numéros de « eSillages » seront fournis gratuitement par courriel ou par courrier postal aux adresses informatiques ou postales qui nous ont déjà été ou nous seront transmises. En 2014, une reprise de quatre numéros par an sera accompagnée d’une invitation à soutenir ce travail d’informations.

La parole à...

ÉNÉO, un mouvement social d’aînés

Créé au lendemain de la IIe guerre mondiale afin de fédérer les initiatives locales oeuvrant à l’animation des pensionnés, l’Union Chrétienne des Pensionnés (U.C.P.) a modifié son appellation en Énéo, comme aînés, énergies, engagements, nouvelle vie, ouverture,… et le mouvement veut relever de nouveaux défis :

Au départ, le mouvement a été constitué sur deux points forts : des groupes de rencontre d’aînés recrutés principalement en paroisses et le service rendu par l’expertise de la Mutualité chrétienne en matière de pension. Mais il s’est ouvert à tous, tout en bénéficiant du soutien de la Mutualité chrétienne, d’un aumônier national jusqu’en 2011 et, en plusieurs régions, des appuis d’aumôniers. Énéo se veut mouvement social d’aînés, d’action citoyenne et collective, guidé par la solidarité et la justice sociale, d’inspiration mutualiste et chrétienne. Il est basé sur le respect, l’engagement volontaire, l’ouverture et la tolérance, la démocratie participative, le dialogue intergénérationnel et interculturel.

Missions

Énéo se donne pour missions :

  • d’encourager la participation et l’engagement des aînés dans la vie sociale, culturelle, économique et politique, en promouvant leur prise de responsabilité par le biais de l’action collective dans le but de les associer à la construction d’un monde plus juste ;
  • de développer et d’animer un réseau associatif démocratique et participatif porteur de solidarité et générateur d’une meilleure qualité de vie ;
  • d’accompagner et de représenter ses membres dans la défense de leurs droits ;
  • de lutter contre toute forme de discrimination à l’égard des personnes âgées ;
  • de prendre et d’appuyer toute initiative visant une véritable promotion de l’autonomie et du bien-être physique, mental et social des aînés.

Quarante mille membres

Organisé en 14 régionales francophones et une à Eupen, Énéo compte quelque 40.000 membres et 1.100 groupements locaux : amicales, clubs de loisirs, culturels, sportifs, espaces Cyber-Seniors ou activités de vacances, marches, … S’y ajoutent des services menés pour et par les aînés concernant loisirs actifs et voyages, informations sur les droits et les intérêts individuels en matière de pensions, fiscalité et hébergement. Groupements locaux et services brisent l’isolement des aînés et entraînent ceux-ci dans une réflexion critique et des actions solidaires dans le cadre de l’éducation permanente et en vue d’en faire des acteurs et de transformer les engagements individuels en action collective.
C’est en s’appuyant sur les connaissances dans le traitement des dossiers qu’Énéo joue aussi un rôle de groupe de pression en faveur des aînés. Au fil du temps, les matières traitées se sont diversifiées, ainsi qu’en témoigne l’intérêt porté depuis 1976 à l’euthanasie et plus récemment aux problèmes de mobilité, de logement, d’hébergement, de soins, de fracture numérique,... De plus, s’exprime la volonté d’accentuer le caractère de « mouvement social » de l’organisation. Il s’agit d’une aspiration à se mobiliser pour des objectifs sociaux d’une façon plus ample et plus systématique, notamment contre toute forme de violence et d’inégalité. S’y ajoute la conviction qu’en s’engageant dans cette voie, toutes les initiatives prises en seront amplifiées.
Épaulées par des études, les actions d’Énéo débouchent sur des campagnes grand public comme le mémorandum lancé pour les dernières élections communales : basé sur une consultation des membres baptisée « Les Aînés causent Communes », il a aussi donné lieu à une campagne « Les oubliés de l’isoloir » visant à assurer la plus grande possibilité pour les seniors de participer au scrutin, en luttant contre les problèmes de mobilités, d’isolement et de certificats médicaux quasi automatiques dans les institutions d’hébergement.

Les aînés : consommateurs et acteurs

En ce qui concerne le défi vieillissement, Énéo constate qu’il est trop souvent relevé qu’en évoquant seulement le coût des pensions et des soins, puisqu’il est régulièrement avancé qu’ 1/9 de la population belge aura plus de 85 ans en 2050 et que dès 2030, deux actifs, au lieu de quatre actuellement, cotiseront pour un senior. Cependant, pour Énéo, avancer cela revient à oublier le rôle des aînés dans notre société en terme de :

  • consommateurs et de pouvoir d’achat,
  • épargne mobilisable, en vue de l’aide aux enfants et d’entrée en maison de repos,
  • activités professionnelles, puisque 20 % des 65-70 ans ont une activité complémentaire,
  • activités volontaires dans les organisations sociales, culturelles, sportives et de santé ;
  • solidarité intrafamiliale et de proximité : accueil des petits-enfants, aide aux proches dans et hors du cercle familial,
  • mémoire, car par le rappel des raisons historiques de notre évolution, les seniors sont aussi les garants de notre démocratie et les meilleurs défenseurs de la richesse de nos systèmes électoraux majoritaires et de sécurité sociale ou encore de la construction de l’Union européenne.

Aussi, Énéo consacre une partie de son énergie à évoquer en 2013-2014 la question de l’Image des Aînés, à la fois image qu’ils ont d’eux-mêmes et image que la société véhicule d’eux. C’est, en effet, en bonne partie à travers la communication et le positionnement que se font et se défont les intérêts et prises de positions.

Contact : Énéo, mouvement social des Aînés, chée de Haecht, 579, BP 40, 1031 Bruxelles. Tél : 02.2464373 et site www.eneo.be

Gros plan sur...

De récentes activités

Durant la deuxième moitié de 2012 et les premiers mois de 2013, le Conseil Interdiocésain des Laïcs s’est intéressé à des problématiques d’Église et de Société à travers ses propres activités et diverses collaborations à des initiatives plus larges. Petits rappels non exhaustifs…

Pour marquer le 50e anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, une délégation du C.I.L a participé, l’été dernier à Vienne, à l’assemblée d’études 2012 du Forum Européen des Laïcs (F.E.L.) qui était consacrée à ce sujet.

Pour rappel, le F.E.L, dont l’actuel président est Peter Annegarn, président du C.I.L, est un instrument de coopération entre les comités nationaux de laïcs reconnus par leurs conférences épiscopales. Il vise à promouvoir la vocation chrétienne dans le monde, spécialement lors d’assemblées organisées tous les deux ans et avec, pour l’édition 2012, dix-sept délégations dont celles des C.I.L. et I.P.B. pour la Belgique.

Lors de la rencontre 2012, Mgr Krätzl, qui a participé à Vatican II aux côtés du cardinal König, archevêque de Vienne, a réclamé une véritable place pour les laïcs dans l’Église, tout en estimant qu’un long chemin est encore à faire pour que chacun et chacune reconnaisse sa vocation propre dans un sacerdoce commun. Pour Jean-Pierre Degives, un des délégués du C.I.L, cette intervention a parfaitement illustré la formule mise en exergue de cette rencontre : « les laïcs travaillent comme hommes et femmes de l’Eglise dans le monde et comme hommes et femmes du monde de l’Eglise dans le monde. ». Selon ce même participant, Arnaud Join-Lambert, professeur à l’U.C.L, a montré qu’il y a lieu de procéder à une « mise à jour » du catholicisme pour que l’Eglise retrouve, dans un monde sécularisé, sa vocation universelle et refuse une attitude communautariste ou élitiste, sous peine de devenir une faction minoritaire parmi d’autres.

D’autre part, lors de l’assemblée d’automne du C.I.L, le père Benoît Malvaux, professeur à l’Institut Lumen Vitae, a rappelé que Vatican II n’a représenté qu’une ouverture mitigée à une prise de responsabilité par les laïcs dans la vie de l’Eglise, bien que ce concile ait redécouvert la dignité de tout baptisé et sa vocation à la sainteté, tandis que la nouvelle version du droit canon témoigne d’une ouverture qui reste également mitigée.

De même, les membres du C.I.L ont souligné la fragilité de cette ouverture et du partage des responsabilités pastorales entre clercs et laïcs. Ils en ont donc appelé à ce que les expériences fortes vécues dans la foulée de Vatican II ne soient pas rangées au placard des antiquités que l’on visite avec curiosité.

A la suite de l’annonce du retrait de Benoît XVI, le C.I.L a publié une déclaration en tête de laquelle il déclarait que « quand l’un d’entre nous s’en va, tous les baptisés sont concernés », avant de remercier celui qui a été le pape qui a lié foi et charité, mais qui a aussi assumé ses limites d’homme et de croyant, tout en rappelant qu’un pape ne fait pas toujours l’unanimité, même s’il cherche à refaire l’unité. Etaient aussi signalés les défis à relever par l’Église et le nouveau pape pour annoncer au monde le message de Jésus-Christ, dont celui de la coresponsabilité de tous dans l’Église et celui de la fraternité humaine. A noter aussi qu’à l’occasion de l’élection du pape François, plusieurs médias se sont se rappelé que les clercs, médiatiques ou autres, ne sont pas les seuls à pouvoir parler de la vie de l’Eglise et ont tenu à interviewer Peter Annegarn en tant que président du C.I.L.

Dans le même sens, le 2 mars et à l’invitation des C.I.L et I.P.B, des jeunes ont parlé de leur foi et des diverses manières dont ils la vivent pour l’avenir de l’Église et du monde. Cette journée bilingue fut aussi marquée par une « foire d’info ».

En ce qui concerne les problèmes de société, le C.I.L avait relevé en décembre et de manière très détaillée que l’accès au logement est une catastrophe à Bruxelles et en Wallonie, mais aussi « een ramp » en Flandre. Il avait estimé essentiel que les « Plans Logement » des différents gouvernements de notre pays soient exécutés d’urgence en accordant une priorité aux logements sociaux et en parlant du besoin d’un « Plan Dexia » dans ce domaine. Depuis, le C.I.L a annoncé que certains de ses membres ont décidé d’aller interpeller personnellement des ministres, députés, responsables de CPAS et autres décideurs à propos de la précarité des logements dans notre pays.

Pauvretés et Solidarités

Asbl Les Amis d’Accompagner

Bien des personnes et familles en difficulté sont confrontées aux difficultés liées aux démarches administratives à faire en matière de logement, de recherches d’emploi, de formation, de soins de santé, de revenus, de questions juridiques, droits de séjour, …
A Koekelberg, cette asbl en accompagne grâce au travail de bénévoles formés et encadrés par des professionnels rémunérés et avec pour objectif de les aider à (re)trouver et à assumer leur autonomie dans la société. Grâce aux dons et au bénévolat, les activités sont entièrement gratuites. Elles comportent essentiellement l’accueil et l’écoute, l’analyse de la situation, l’explication et la planification des démarches à entreprendre, l’accompagnement auprès des institutions désignées par la coordination sociale et le suivi de l’évolution de la situation des personnes ou familles, tandis que l’asbl n’accorde aucune aide financière.

Les Amis d’Accompagner, rue Félix Vande Sande, 1081 Koekelberg. Tél : 02.411.87.54. Fax : 02.411.54.51. Courriel : bruxelles@accompagner.be et site www.acompagner.be

A noter

Olivier Le Gendre témoigne

« Avez-vous des raisons personnelles de croire aux miracles ? » avaient demandé trois officiels de l’Eglise à Olivier Le Gendre, l’auteur de « Confession d’un cardinal » et de « l’Espérance du cardinal » qui avait ouvert l’évènement ‘RivEspérance 2012’ à Namur (www.rivesperance.be). Ils étaient bien renseignés, car l’écrivain avait été atteint d’une très grave maladie en 2008, mais il est de ceux qui pensent que son Église est devenue parfois malhabile. Aussi, plutôt que de leur répondre directement, il les a conduits dans les contrées du tsunami de fin 2004 où mort et survie ne sont pas des questions théoriques. Et d’ajouter : « la vague qui a failli m’emporter m’a appris la vulnérabilité et m’a révélé que c’est dans celle-ci que le salut survient. Je crois que mon Église saura trouver dans sa faiblesse grandissante les voies d’une conversion salutaire. Elle en a besoin. ».

Olivier Le Gendre, C’est une étrange aventure que de survivre. JC Lattes, 2013, 321 p., 19 €. Téléchargeable sur iPad.

Le pari de la fraternité

Guerre économique, course à la rentabilité, compétition scolaire : partout, le modèle de vie formaté par la logique de marché ressemble de plus en plus à la lutte de tous contre tous. Et que devient la solidarité ? Présidents du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement-Terre Solidaire et du Secours catholique de France, les auteurs affrontent cette question à bras le corps. Loin de se contenter de démasquer les causes des inégalités insoutenables, ils proposent de faire route avec les plus pauvres pour inventer ensemble des manières d’être et d’agir qui redonnent le goût de construire un monde solidaire. Inspiré par l’Evangile, leur regard incite l’Église à sortir des ornières du conservatisme identitaire dans lequel elle risque à nouveau de s’embourber. « Tu n’es pas condamné à être seul » est l’appel qui traverse ce livre, en écho aux multiples initiatives de femmes et hommes, chrétiens ou non, pour qui il est possible de vivre dignes et debout.

Guy Aurenche et François Soulage interrogés par Aimé Savard dans Le pari de la fraternité, Editions de l’Atelier, Paris, 2012, 240p, 22 €. Téléchargeable sur iPad.

La lettre du Conseil Interdiocésain des Laïcs

Pour mener ses activités, le C.I.L. ne dispose à présent que d'un soutien réduit de la Conférence épiscopale, des cotisations de ses membres et de dons de sympathisants. Tout don versé à son compte sera dès lors le très bienvenu.
BE43 7995 5016 4501 (BIC : GKCCBEBB)
Amis du CIL, 1040 Bruxelles.