Brève présentation du CIL

Reconnu par la Conférence épiscopale, le CIL promeut dialogues et débats, d’abord en son sein entre les diverses sensibilités exprimées par les membres qui le composent, mais aussi avec les évêques et les autres membres de l’Eglise catholique, ainsi qu’avec les adeptes des autres courants religieux et philosophiques, les détenteurs des pouvoirs publics, la société civile et les autres citoyens.

Plus d’un demi-siècle d’expériences !

C’est en 1956 que les Evêques de Belgique créent une Commission nationale des Œuvres d’Apostolat. Elle comprend des évêques, des vicaires généraux et seulement quelques laïcs.

En 1962, sur base de la méthode Voir, Juger, Agir développée tout particulièrement en Belgique et pour prendre en compte les apports du concile Vatican II, un authentique Conseil consultatif est formé pour permettre aux évêques, vicaires généraux, aumôniers et laïcs de partager et d’enrichir ce qui se vit au sein des œuvres, organisations, services et mouvements d’Eglise. Suit en 1965 l’installation du Conseil Général de l’Apostolat des Laïcs (CGAL) qui devient, en 1996, le Conseil Interdiocésain des Laïcs ou CIL, en vue de renforcer la collaboration des diocèses de Wallonie et de Bruxelles, spécialement entre les conseils pastoraux voulus par Vatican II.

Selon ses statuts d’asbl, le CIL peut compter jusqu’à 120 membres.
Les trois quarts de ces membres, dont un évêque délégué, représentent les diocèses, mouvements, organisations et services d’Eglise de Wallonie et de Bruxelles. A ces délégués s’ajoutent des membres cooptés invités à faire partie du CIL en raison de leurs engagements parmi les immigrés, dans le monde des médias, pour la défense des droits humains, la construction de l’Europe, y compris au niveau pluraliste.

La très grande majorité de ces membres est formée par des laïcs. Mais il y aussi des clercs, dont des religieux, menant des engagements aux côtés de laïcs.

A tous ces membres s’ajoutent encore des observateurs ou observatrices du Conseil Pastoral Interdiocésain néerlandophone (IPB), de l’Eglise Protestante Unie et de l’Eglise orthodoxe de Belgique.

Richesse et limites

En vue de promouvoir le message de l’Evangile en Eglise et en société, les différents apports des membres du CIL font à la fois la richesse à nourrir et les limites à dépasser du CIL. Car quasi tous les membres remplissent aussi des engagements personnels et dans le cadre des milieux d’Eglise et autres auxquels ils appartiennent (cfr paroisses, communautés de base, diocèses, institutions, services, organisations et mouvements).
Les activités du CIL sont menées bénévolement par ses propres membres composant les instances suivantes, après avoir pu être appuyées par un très apprécié secrétariat permanent à partir des années ’80 et jusqu’en 2012 :
-  Une Assemblée générale ;
-  Des Commissions permanentes on ponctuelles ;
-  Un Conseil d’administration ;
-  Une Equipe d’animation.

Le CIL peut aussi compter sur l’accompagnement d’un conseiller théologique qui est nommé par les évêques, mais n’est plus un permanent, comme ce fut précédemment le cas à temps partiel.

Coresponsabilité

Ce qui anime tous les membres du CIL, c’est la volonté de mettre en pratique le message de l’Evangile à travers une coresponsabilité à développer au sein de l’Eglise, comme de la société. En effet, au « les laïcs sont aussi l’Eglise » rappelé par le pape Pie XII en 1946 aux cardinaux, le concile Vatican II a ajouté la commune responsabilité de tous les baptisés qui forment le Peuple de Dieu. De là, les remerciements que le cardinal Danneels a exprimés au nom des Evêques de Belgique en 2006, à l’occasion du 50e anniversaire de la démarche vécue à travers les instances successivement mises en place, dont le CIL :

« Je voudrais vous remercier pour avoir mis en pratique ce qu’a demandé le Concile, à savoir la collaboration entre la hiérarchie - disons l’ensemble des évêques – et le laïcat dans l’Eglise. Ce n’est pas une formule. Nous avons progressé par des chemins divers, par des tours et des détours, mais le CIL et l’IPB flamand ont donné forme de manière très concrète à ce désir du CIL. »

A cela s’ajoute le souci de prendre en compte les « Signes des Temps » et les « Signes des Gens » qui ne cessent d’apparaître au sein d’un monde en constante évolution.

Concrètement, cette coresponsabilité, aux dimensions à la fois chrétiennes et citoyennes, est assumée par les diverses instances du CIL :

L’Assemblée Générale. Outre sa réunion statutaire, elle tient quatre rencontres par an pour traiter de thèmes et questions d’actualité qui concernent aussi bien l’Eglise que la société comme : la place des laïcs dans l’Eglise dans le prolongement du concile Vatican II, le langage religieux, la multi-culturalité, les pauvretés, la sobriété, la solidarité, …

Les Commissions permanentes ou ponctuelles instruisent des dossiers qui sont repris à travers les travaux des autres instances, des communications, publications, prises de parole et autres démarches.

Exemples :

  • Le livre « L’Eglise quand même- A l’écoute du Peuple de Dieu ». Paru en 2011 (aux Editions Fidélité) et préfacé par Olivier Le Gendre, auteur de « Confessions d’un cardinal », il contient « dix propositions pour espérer et progresser » concernant des « pratiques d’Eglise » qui ont été formulées sur base de rencontres organisées par le CIL tant avec des catholiques pratiquants qu’avec d’autres se trouvant « sur les parvis » ;
  • Avec la Conférence épiscopale et l’Interdiocesaan Pastoraal Beraad ou Conseil Pastoral Interdiocésain néerlandophone, le CIL a élaboré, signé et diffusé en 2012 un « Appel urgent pour un monde équitable » en l’accompagnant d’une vidéo qui a été répercutée jusqu’au Brésil !

En réseau

Au-delà des liens et relais dont il dispose grâce à ses membres, avec et via la Conférence épiscopale, le CIL entend participer à la société de relais et de réseaux d’aujourd’hui, y compris dans le cadre de l’Eglise. Ainsi :

  • le CIL collabore régulièrement avec l’Interdiocesaan Pastoraal Beraad (IPB) ou Conseil Pastoral Interdiocésain néerlandophone ;
  • le CIL participe à des initiatives comme Altercité, RivEspérance, les Semaines Sociales de France, Chrétiens en Forum (France), le Katolikentage (Allemagne),...
  • le CIL est membre du Forum Européen des Laïcs (FEL) avec près de 20 autres conseils nationaux de laïcs reconnus par leurs Conférences épiscopales.
    Partager cet article sur :
  • Facebook
  • Twitter

e-Sillages - La lettre du CIL

Vous désirez être tenu(e) au courant de nos activités?



C.I.L.

1, rue Guimard
B 1040 Bruxelles
Tél : 02.509.96.24
Courriel : cil@cil.be

BE43 7995 5016 4501

RSS